Rézo-Citoyen : Une initiative salutaire pour la région nantaise : Les composantes du mouvement social sauront-elles se l'approprier ? - www.rezocitoyen.org

Accueil du site > Adhérer/Soutenir RézoCitoyen > Rézo-Citoyen : Une initiative salutaire pour la région nantaise : Les (...)

Rézo-Citoyen : Une initiative salutaire pour la région nantaise : Les composantes du mouvement social sauront-elles se l’approprier ?

samedi 27 mars 2004

Rézo-citoyen c’est aujourd’hui après 4 ans d’existence :

un collectif d’associations du secteur militant et/ou culturel de la périphérie nantaise, de syndicats et d’organisations politiques dites progrès (15) mais aussi d’individus adhérents à titre personnel. En tout 34 adhérents. Ce collectif -constitué lui même en association doté d’un Conseil d’administration - est chargé d’animer et de dynamiser, au service du mouvement social nantais - un réseau d’informations transversales à chaque membre adhérent, touchant à l’actualité politique, sociale et culturelle du département.

Pour cela l’association dispose d’un outil ( fournisseur d’accès, site, forum de discussion, ) géré par une coopérative (doté du même nom Rézo-Citoyen) qui étant à l’initiative politique du projet reste membre de droit du collectif, même si aujourd’hui le travail de son fondateur est largement rempli par des tâches de type prestations techniques.

Pourquoi apparaît aujourd’hui plus que vital la nécessité d’un réseau d’informations transversales aux différents champs de luttes et d’actions pour les droits et les libertés. Pour plusieurs raisons. Parce que :

1/- La notion de Collectif éclate

Les citoyens, dans leur grande majorité, subissent des attaques tous azimuts (précarité, revenu, santé, retraites, éducation,...). Salariés ou nom, organisés ou nom, les citoyens ont le sentiment d’un fatalisme économique et financier ( une forme de sur-déterminisme qui échapperait à la raison humaine) qui rend caduque l’action collective. Pour nombre d’entre eux l’an c’est l’incertitude pour l’avenir, quand ce n’est pas l’angoisse sourde (et non formulée en terme de refus) concernant les générations à venir. Se croyant incapables de peser sur le cours global des choses ou pensant ces évolutions inéluctables, chaque catégorie sociale, chaque famille, chaque personne en vient à ne croire utile et à ne vouloir agir que sur ses propres acquis. En même temps, chaque catégorie, chaque personne est bien trop occupée à se défendre pour pouvoir agir sur les questions plus globales.

2/ Montée générale de la Précarisation générale

De plus en plus de gens se voient peu à peu écartés du monde de la reconnaissance sociale à travers des processus complexes de précarisation longue. Autrefois réservée aux chômeurs de longue durée et aux populations issue de l’immigration , les permanences d’accueil d’associations comme la LDH, voient de plus en plus au quotidien des personnes issues de professions intermédiaires, voire des cadres des salariés -remerciés- des services publics alors que par ailleurs les besoins criants de personnels dans les secteurs de santé, justice et éducations se font de plus en plus criants. Depuis de nombreuses années, l’ " insécurité sociale " gagne du terrain gangrenée qu’elle est par l’idéologie perfide qui veut faire croire que le travail est une chance et non un contrat construit sur des droits gagnés de haute lutte par le mouvement ouvrier. Les mécanismes de protection et de solidarité sociale s’effondrent, ce qui ne peut que renforcer le sentiment d’insécurité des individus.

3/- Dérive sécuritaire et tout répressif

Plus l’insécurité sociale se développe, plus les pouvoirs publics ne s’en prennent qu’à la seule insécurité civile. Il s’agit de réprimer toujours plus les comportements délinquants et agir toujours moins sur les causes. Plutôt que de chercher à résoudre les difficultés, on stigmatise des catégories de la société, désignées comme responsables des maux de notre société et fauteuses de troubles. Vieille théorie du " bouc émissaire " désigné , qui dans un contexte international similaire évite de formuler les vraies questions dont celles cruciales aujourd’hui du rapport au travail salarié et de la redistribution des richesses. On assiste par contre à une inflation de textes qui restreignent les libertés collectives (droit de manifester) et individuelles. Pas moins de cinq lois sécuritaires en deux ans. C’est derrière un discours rassurant une nouvelle forme de contrôle social, (via le pénal) des " nouvelles classes métissées et dangereuses ".

4/- Plus il y a de liberté économique , moins il y a de libertés civiles

L’économie libérale fabrique des pauvres, l’Etat les abandonne, le droit pénal veut les contenir, la justice les condamne et ajoute de l’exclusion à l’exclusion. On assiste en effet depuis plusieurs années à une criminalisation de l’action sociale(cf l’incarcération de plusieurs syndicalistes, dont le médiatique J. Bové).

Ces évolutions mènent à la création de ghettos à plusieurs niveaux dans notre société : ghettos de pauvres, de jeunes, d’étrangers... Ces ghettos conduisent à un morcellement de la société et à une atomisation des formes classiques de regroupement, entraînant des violences seules formes d’expressions d’ individus qui se sentent rebuts et essaient sous forme grégaire de crier leur révolte

Mais elles marquent surtout une forme de clôture des initiatives collectives : chaque organisation, chaque association se repliant sur le domaine de compétence qui lui est imparti par ses statuts et finalités, cherchant à mobiliser par des listes électroniques internes des militants de plus en plus atomisés et de moins en moins mobilisés pour agir.

REMARQUES ET QUESTIONS :

les associations et syndicats qui jusque là ont participé à Rézo-citoyen, ne peuvent donc plus aujourd’hui se limiter à leur pré-carré institutionnel. On sait partout que les bulletins internes, les lettres d’informations régulières, demandent une énergie folle aux militants qui les réalisent, pour un résultat très maigre quant à la dynamique militante. On sait que chaque association ou syndicat passe un temps considérable à diffuser des informations par le biais de listes électroniques internes, qui (hors mouvement social) ne donnent que peu de résultats. Enfin beaucoup des informations électroniques passent de listes internes à listes internes, générant des logiques de doublons-triplés (voire plus) qui saturent le récepteur dans sa lecture.

Les deux grands mouvements sociaux du département (mouvement des 500 postes en Février-Mars 2002 et Lutte des professionnels du Spectacle Eté 2004) ont montré que dans le vif de l’action des listes transversales produisaient de véritables effets. C’est ce à quoi est priori destiné le rézo - dans une lecture :

à la fois champ par champ (social, syndical, culturel)

mais aussi au croisement de ces champs (rapports salarial dans la culture, culturel dans le syndicalisme, syndical (encore) dans le social, etc...

enfin à un niveau transversal sur les nouvelles formes de solidarités à construire qui dépasseraient les formes clivées d’un monde où l’économie n’ a plus cure des formes traditionnelles d’organisation , persuadée qu’elle est de son pouvoir idéologique d’individualisation.

Albert Camus disait que mal nommer les choses, c’était contribuer au malheur du monde . Le paraphrasant modestement , il nous semble que si le mouvement ouvrier (autrefois on disait le front de classe) ne saisit pas l’opportunité de mieux diffuser son analyse d’un monde en mutation, alors le Capital transformera les mots. Et l’on sait au profit de qui...

Pour la LDH - Marc Chatellier - Mars 2004


Pour signaler un dysfonctionnement technique ou un contenu qui n’est pas à jour cliquez ICI

Site optimisé pour Mozilla/Firefox. Nous recommandons à nos lecteurs d'utiliser le navigateur Mozilla-Firefox afin de protéger leur vie privée.
Vous disposez d'un droit de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art 34 de la loi "Informatique et Libertés "). Pour l'exercer,adressez vous à l'association Rézo Citoyen, Maison des Associations, 21, allée Baco, 44000 Nantes: Contacter Rézo Citoyen
|Signaler un contenu illicite |Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accueil du site | Qui sommes nous | Espace privé | SPIP | Rézo Citoyen soutien la Coop Ouvaton